L’habitat partagé, groupé, la colocation n’est pas une idée réservée aux étudiants et aux jeunes. Un nombre croissant de séniors font le choix de vivre ensemble pour ne pas se retrouver seul et pour améliorer le lien social. Plusieurs projets tests ont mis en évidence les nombreux avantages de la cohabitation pour les séniors

Opter pour l’habitat partagé

Comme pour les étudiants ou les jeunes actifs, l’habitat partagé attire un nombre croissant de séniors qui font le choix de vivre leur retraite en communauté. Beaucoup de séniors ne veulent pas intégrer une maison de retraite et préfèrent opter pour l’habitat partagé. Cette idée contribue au maintien à domicile car les séniors ne se retrouvent pas isolés voire couper du milieu social, au contraire. "C’est très agréable ce mélange, l'indépendance et aussi la présence » Le sénior qui choisit l’habitat partagé garde son indépendance et peut recevoir les personnes qu’il souhaite. Cette formule permet de partager le quotidien et de combattre la solitude, ce fléau dont souffre un grand nombre de personnes âgées qui vivent seules dans leur maison ou dans leur appartement.

La cohabitation pour retrouver le goût de vivre

L’habitat partagé pour les séniors est la solution idéale pour rompre la solitude et prendre un nouveau départ en partageant son logement avec une personne qui vit la même chose. Autre avantage, l’allègement des frais liés à l’entretien d’un logement, facture d’électricité, d’eau, de chauffage etc. La routine quotidienne devient plus agréable car on a, quelqu’un pour échanger, discuter. L’habitat partagé a le vent en poupe et les séniors qui veulent opter pour ce nouveau mode de vie ont le choix entre plusieurs annonces.

Une meilleure qualité de vie grâce à l’habitat partagé

Les séniors qui ont choisi la solution de l’habitat partagé l’ont souvent fait parce qu’ils voulaient éviter la souffrance de la solitude et de l’isolement social qui sont destructeurs. Ainsi de nombreux  séniors ont pu retrouver le goût de vivre, de renouer avec les activités physiques, l’envie de sortir, de participer à des loisirs etc. L’habitat partagé pourrait donc bien être la solution miracle pour combattre l’isolement et la solitude des séniors. Si les politiques ne sont pas encore conscients de l’ampleur du phénomène ils le découvriront  bientôt car l’idée fait son chemin. Aujourd’hui il n’existe pas encore de cadre règlementaire pour l’habitat partagé ou pour l’habitat participatif mais cette question pourrait faire son entrée dans le débat relatif à la politique de la vieillesse.

Articles similaires