L'appareil peut s'éteindre soudainement ou recevoir une décharge électrique. Un certain nombre d'études ont prouvé que les ondes radio émises à l’intermédiaire des téléphones ou smartphone ont des effets néfastes sur la santé. Mais tout le monde le sait maintenant qu'ils sont particulièrement nocifs pour les personnes ayant un équipement cardiaque. Dans une étude menée lors du congrès de l'AERC et de la SEC qui s'est déroulé à Milan, des chercheurs ont expliqué la cause de ce dysfonctionnement. 

Les ondes des téléphones portables : les mesures à prendre 

Le risque d'interférences électromagnétiques pour certains appareils médicaux produits par les téléphones portables est discuté depuis longtemps. Pour la plupart des gens, y compris les professionnels de la santé, ou encore les patients à l’hôpital et leurs familles, il est également courant pour la plupart des gens d'utiliser leur téléphone portable à tout moment et en tout lieu. Dans la pratique, l'utilisation de recommandations mettant en garde contre le risque d'interférence des champs électromagnétiques répandus par les smartphones (téléphones portables) utilisant des équipements médicaux semble de plus en plus non appliquée. Dans ce cas, les ministères en charge de l'environnement et de la santé ont demandé d'évaluer le risque potentiel d'interférences électromagnétiques sur les équipements médicaux exposés aux radiofréquences. Dans l’avis publié il y a quelques années, la plupart des médecins ont signé une lettre d’engagement pour le ministère de la Santé publique. Il est recommandé dans l’article l’installation de zones de limitation ou interdiction de l’utilisation des smartphones, communication sans fil, car ce dernier peut conduire des conséquences considérables dans le domaine de la santé. Par ailleurs, ce dernier recommande aussi les porteurs des smartphones d’accompagner leur smartphone par des équipements médicaux actifs implantables comme la neurostimulation et les pacemakers. Il est nécessaire aussi de veiller à écarter très loin les origines d’exposition qui sont un peu fortes (smartphones). 

L’utilisation des smartphones dans les hôpitaux

L’utilisation des smartphones dans les hôpitaux a fait un grand l’objet de la circulaire vers la moitié des années 90. L’avis prévient que les champs électromagnétiques émis entre les téléphones portables et les équipements médicaux peuvent être perturbés. Elle a invité les établissements médicaux à informer leurs employés et patients de ce danger potentiel et a insisté pour éteindre les téléphones portables pendant les services médicaux. Il y a quelques années, une étude menée par le Comité pour l’évaluation et la prolifération de l’innovation technologique (CEDIT) a montré que les interférences causées par l’utilisation des téléphones portables n’interféreront pas avec les équipements médicaux à une distance de plus de 1,5 mètre ni ne présenteront de danger. Les ondes de smartphones sont donc négligées. Certaines précautions doivent être suivies pour garantir que la personne implantée avec l'implant médical actif est active. Ces constatations conduisent parfois à un assouplissement des interdictions dans certaines institutions médicales. Dans le même temps qu'il s'agisse des professionnels de santé, y compris de certaines applications professionnelles (alarmes, appels d'urgence, etc.), des patients sans oublier de leur famille, il est devenu courant d'utiliser le téléphone mobile dans les hôpitaux. Par conséquent, les recommandations formulées dans la circulaire semblent de plus en plus non appliquées. 

Pacemaker : la nécessité de la réévaluation des recommandations 

Les pacemakers ou les stimulateurs cardiaques peuvent interpréter de manière incorrecte les interférences électromagnétiques (EMI) générées par les smartphones comme des signaux cardiaques, ce qui peut provoquer l'arrêt bref de l'appareil et une syncope ou un évanouissement du porteur. Le DAI convertit ces signaux en changements anormaux du rythme cardiaque et répond en envoyant des décharges électriques douloureux. En revanche, il est donc nécessaire de faire une réévaluation des recommandations afin d’éviter les ondes de smartphones. L'équipe allemande a réalisé au moins 3 400 tests sur 308 stimulateurs cardiaques (porteurs de pacemakers), DAI et appareils de resynchronisation cardiaque à l'aide de 3 types de marques des smartphones. De tous les participants, une seule personne a souffert de dysfonctionnement, mais, comme l'a rappelé un spécialiste : il n'y a qu'un seul cas qui prouve que tous les risques sont rares, mais cela peut arriver. Les spécialistes ont des objectifs très précis. Le but de cette étude est de vérifier si la majorité des recommandations de l'agence de santé sur la distance entre les smartphones et les appareils cardiaques (actuellement fixée entre 15 à 20 cm) sont toujours valables. Il est possible d’affirmer que ces recommandations doivent être mises à jour et réévaluées. Surtout, parce qu'elles ne tiennent pas en compte les dernières nouveautés technologiques et les derniers équipements, comme les DAI et les dispositifs de resynchronisation cardiaque ont conclu les chercheurs. Dans ce cas, il est conseillé de vérifier les DAS de votre téléphone avant de l’acheter. Qu’est-ce que vous pouvez faire afin de vérifier un DAS d’un smartphone ? 

Les ondes de smartphone : vérifier le DAS

Vous pouvez vérifier ce dernier dès le début de la manipulation d’un smartphone mobile. De nos jours, la loi insiste les constructeurs des téléphones mobiles pour éviter de dépasser un DAS supérieur à 2 W/kg. Par contre, afin de réduire et minimiser les risques, vous pouvez trouver des modèles suivant un DAS inférieur ou égal à 0,7 W/kg. Les fabricateurs sont obligés également de se communiquer sur Internet pour plus d’informations. En outre, si les ondes de smartphones un peu dangereuses font partie de votre préoccupation, il est conseillé de trouver des modèles encore plus inférieurs à le DAS normal, c’est-à-dire moins de 0,7 W/kg. Quelques marques coréennes et américaines sont sur la liste. Ce dernier est réputé comme des téléphones mobiles affichent un très faible DAS. Les restes sont des téléphones qui représentent un taux de DAS très élevé. Mais il faut également noter que ce grand taux de DAS dans les autres smartphones ne veut pas dire qu’ils ne suivent pas la loi. Ils sont juste moins nocifs. En outre, l’utilisation des smartphones avant l’âge de 15 ans entraîne aussi des ondes qui pourraient perturber les dispositifs de votre cardiaque. Vous devriez rester à l'écart de l'idée d’engendrer des rivalités au sein de votre famille, pourtant, c’est la science qui l’affirme. Avant l'âge de 15 ans, les enfants ou adolescents sont très vulnérables aux rayonnements électromagnétiques. Même si l'impact des vagues sur le développement n'a pas été prouvé scientifiquement, il vaut mieux éviter de tenir des risques. Le cerveau et le corps des adolescents sont pleinement développés avant l’âge de 15 ans, alors évitez de prendre des risques pour perturber cette étape importante de la vie. Il n'y a pas de smartphone avant l'âge de 15 ans. En fin de compte, ce n'est qu'un indice.

Les autres mesures à prendre afin de protéger vos familles 

Tout d’abord, il faut faire attention et éloigner ce genre de chose aux femmes enceintes. Cela paraît logique en revanche la majorité des gens n’y pense pas sûrement. Les ondes dangereuses des téléphones mobiles ne doivent pas toucher les femmes enceintes. Il faut donc éviter les ondes de smartphones. Tout cela parce que l'embryon est véritablement sensible aux rayonnements des radiations émises. Il ne s'agit pas de rester à l'écart des femmes enceintes, mais d'éviter de laisser les femmes enceintes s'approcher des portables à proximité. Si vous voulez toucher ce beau ventre, sortez le smartphone de votre poche et placez-le à quelques mètres. Ce n’est pas tout, il est aussi déconseillé de passer un appel plus de 6 appels qui dure jusqu’à 3 minutes par jours. Il faut donc éviter une conversation trop longue. De plus, la conversation devrait être décalée toutes les 1 heure 30 minutes chacun. Les ondes de smartphones sont très dangereuses si votre appel est trop long.