La seule approche thérapeutique des allergies qui vise à les guérir est jusqu'à présent l'immunothérapie antiallergique. Ce traitement est utilisé depuis plus d'un siècle et repose sur des injections multiples d'un allergène spécifique à des doses croissantes. Il peut être utilisé pour plusieurs phénotypes cliniques d'allergies et pour différents groupes d'allergènes.

L'immunothérapie, pour quel type d'allergies ?

L'immunothérapie contre l'allergie au venin d'insecte a le meilleur effet clinique. L'immunothérapie contre le pollen de l'herbe ou des arbres s'est également révélée assez efficace. L'immunothérapie contre les allergies aux acariens constitue un défi plus important. En ce qui concerne le phénotype clinique des allergies, nous nous intéressons en particulier à la rhinite allergique, où l'immunothérapie antiallergique est la plus efficace. Actuellement, le potentiel de traitement des allergies alimentaires par l'immunothérapie antiallergique est un besoin urgent et un domaine de recherche très pertinent. Cependant, il faut encore beaucoup de recherches pour répondre à la question de savoir si ce traitement fonctionnera pour les allergies alimentaires et pour quels allergènes alimentaires.

Une nouvelle approche a été présentée, à savoir l'immunothérapie passive. Dans ce traitement, le patient ne reçoit pas d'allergènes mais des anticorps bloquants pour traiter les allergies. Cela présente de nombreux avantages potentiels pour le patient. Par exemple, le traitement par immunothérapie allergique dure jusqu'à cinq ans et implique généralement des injections mensuelles, tandis que la protection par immunothérapie passive peut être presque immédiate.

L'immunothérapie passive, comment ça marche ?

L'immunothérapie antiallergique fonctionne en appliquant des doses accrues d'allergènes qui peuvent avoir des effets secondaires graves, voire mortels, mais ce n'est pas le cas de l'immunothérapie allergique passive. Les premiers résultats d'études menées chez des personnes ayant une immunothérapie passive allergique pour le traitement de l'allergie aux chats ont été présentés.

L'étude publiée étudie le traitement de l'allergie aux chats par des anticorps IgE monoclonaux. Les symptômes allergiques aigus sont causés par une réticulation induite par l'allergène de l'immunoglobuline E (IgE) spécifique à l'allergène, liée aux récepteurs Fc epsilon des cellules effectrices. La désensibilisation par immunothérapie spécifique aux allergènes (ITS) est pratiquée depuis plus d'un siècle, mais le mécanisme de protection dominant n'est pas clair. Cependant, on observe régulièrement un taux élevé d'IgG spécifiques aux allergènes, qui est censé bloquer de manière compétitive la liaison des allergènes aux IgE.

L'étude actuelle montre que l'effet bloquant de la réponse des IgG à la TIS du chat est hétérogène. En utilisant deux puissants anticorps IgG monoclonaux présélectionnés, REGN1908 et REGN1909, contre l'allergène félin immunodominant Fel d 1, il a été démontré que l'augmentation du rapport IgG / IgE réduit la réponse allergique chez les souris et les chats allergiques.

Une dose prophylactique sous-cutanée unique de 600 mg a été significativement efficace pour améliorer les paramètres nasaux subjectifs et objectifs chez les patients souffrant d'allergie aux chats sur une période de 12 semaines. Le SIT classique obtient des succès thérapeutiques comparables, sur plusieurs années, voire pas du tout. Les deux anticorps ont été généralement jugés bons par le groupe d'étude. Dans l'ensemble, l'étude suggère qu'une simple augmentation du rapport IgG / IgE bloquant pourrait inverser l'allergie.

Les derniers résultats obtenus dans le domaine de l'allergie aux poils de chat prouvent que l'immunothérapie passive pourrait s'avérer être un traitement novateur pour les allergies, notamment parce qu'elle peut fonctionner immédiatement par rapport à l'immunothérapie allergique générique. Il reste à voir quels résultats peuvent être obtenus avec d'autres études sur les anticorps IgE et si cette approche peut être transférée à d'autres allergies, comme les allergies alimentaires non traitables.