isoler-votre-habitation

Les coûts induits par un projet de rénovation d’importance peuvent parfois faire peur aux propriétaires les plus modestes. Il faut néanmoins savoir que les pertes énergétiques sont souvent liées à une mauvaise isolation des combles. Afin de s’y retrouver financièrement, il suffit dans beaucoup de cas de remédier à ce problème.

Les conséquences d’une mauvaise isolation

Un habitat mal isolé engendre une déperdition thermique absolument considérable et devient rapidement un gouffre financier. A titre d’exemple, le toit étant l’élément le plus sensible d’un logement, la perte de chaleur engendrée par une mauvaise isolation de la toiture et du grenier est énorme. Pour illustrer ce propos, une mauvaise isolation des combles représente une perte de chaleur d’environ 30 %. De ce fait, l’isolation de la toiture est l’opération de rénovation la plus préconisée par les professionnels. En ce qui concerne les murs, la déperdition thermique induite par une isolation insuffisante s’élève à 25 %. Il est ainsi primordial que les murs fassent l’objet d’une épaisse isolation idéalement appliquée sur l’extérieur. Beaucoup de logements ne possèdent qu’une fine isolation par l’intérieur ce qui ne suffit absolument pas à conserver la chaleur. Les fuites d’air se placent en troisième position des éléments énergivores d’un habitat. Elles proviennent essentiellement des cheminées, des huisseries, des hottes ou bien des serrures et gaines électriques et induisent une perte de chaleur d’environ 20 %. En se rendant sur www.breizeco-isolation.fr il est possible de tester son éligibilité au Pacte Énergie Solidarité et d’être accompagné par des artisans certifiés RGE dans les travaux de rénovation de son logement.

Connaître les points faibles de son logement

La première chose à faire avant de se lancer dans des travaux de rénovation est de déterminer la ou les causes de déperdition thermique et d’en mesurer le niveau. Pour ce faire il existe deux méthodes:

  • le bilan thermique : ce procédé consiste à calculer le bilan thermique d’une pièce en particulier ou du logement dans sa totalité.
  • la caméra thermique : cette méthode consiste en l’utilisation d’un thermogramme dont la fonction est de déterminer les défauts d’isolation de l’habitat.

Une fois cette étape réalisée et selon le résultat du bilan, il est temps d’entamer les travaux de rénovation et d’isoler correctement les points faibles du logement.

Bien isoler les points sensibles

Comme vu précédemment, l’isolation de la toiture est, dans la plupart des cas, le chantier de rénovation le plus important. Si les combles sont accessibles il est conseillé de les isoler avec des fibres minérales ou végétales. Si ils ne le sont pas alors il faut passer ces mêmes fibres par le toit. Il est à noter que cette mesure concerne les combles perdus comme les aménagés. Depuis la mise en place du Pacte Énergie Solidarité il est possible de bénéficier d’aides locales pour l’isolation de combles aménagés ou de combles perdus. Ainsi, on observe que le confort et les finances ne sont pas les seuls éléments impactés par une mauvaise isolation. L’enjeu environnemental est lui aussi d’importance.